La Faune et La Flore

Insectes, oiseaux, végétation...

Assérac, c'est aussi une faune et une flore diversifiées.

Au hasard d'un chemin peut-être verrez vous :

L'Abeille "La Collète du saule" ou Collete cunicularius

LA COLETE, FONDAMENTALE, POUR LA « BIODIVERSITE » DE NOTRE COMMUNE.

Si vous avez l'habitude de passer du côté de Pont-Mahé en ces débuts de printemps peut-être avez-vous observé ces myriades d'insectes qui patrouillent au dessus de la dune? Ce sont des Collètes du saule (Colletes cunicularius), l'une des quelques 1000 espèces d'abeilles sauvages que l'on trouve en France. Inoffensifs, ces insectes vivent en bourgade, et la dune de Pont Mahé, qui compte plusieurs dizaines de milliers de nids, est l'un des sites les plus importants pour cette espèce connus en Presqu'île guérandaise. Contrairement à l'abeille mellifère que l'homme a domestiqué et qui vit en société, la plupart des abeilles sauvages sont solitaires comme nos Collètes, qui creusent chacune leur nid dans le sol. Dans ces galeries d'une trentaine de centimètres de profondeur, elles déposeront une dizaine d'œufs dans des galeries latérales, chacun dans une cellule avec une réserve de nourriture faite de pollen et de nectar. Une fois la reproduction assurée ces abeilles meurent. Leurs descendants, qui émergeront aux beaux jours, seront chargés à leur tour de perpétuer l'espèce.

Même si elle est fréquente sur les milieux dunaires, la Collète du saule est une espèce considérée comme rare, elle est d'ailleurs protégée dans plusieurs pays européens. Des spécialistes sont venus à Pont Mahé pour étudier ces Collètes et notamment essayer de reproduire les phéromones fabriquées par ces insectes.

Comme l'abeille domestique, les abeilles sauvages (qui inclus les bourdons) sont elles aussi victimes de la disparition des milieux naturels avec la pression de l'urbanisation et de l'agriculture intensive. Si contrairement à leur cousine domestique elles ne fournissent pas de miel à l'homme, elles assurent cependant une grande part de la pollinisation des plantes entomophiles (plantes qui ont choisi les insectes pour leur pollinisation) dont la majorité de nos fruits et de nos légumes…

Si vous souhaitez favoriser ces insectes dans votre jardin vous pouvez leur installer des nichoirs. Des petits fagots de tiges de framboisier, ronce, bambou ou de sureau en partie évidées pourront être accrochées dans les arbustes ou à un piquet. Une bûche fendue en deux et percée de trous de différents diamètres de 2 à 15 mm posée au sol intéressera différentes espèces toutes aussi inoffensives et utiles les que les autres. Dans les deux cas gardez une extrémité bouchée et disposez vos nichoirs à l'abri des vents dominants dans un coin ensoleillé. Bonnes observations!

Colletes-cunicularius

Aurélia LACHAUD et Association Bretagne Vivante/SEPNB

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes